MoMaké

Suite aux dernières déclarations gouvernementales, l’ANG s’oppose aux sanctions qui pèsent sur les salariés du secteur de la santé et comprend l’émoi suscité par l’obligation vaccinale. Ces personnels, déjà très éprouvés par la crise sanitaire que nous traversons, crise accentuée par des politiques de santé publique touchant particulièrement les populations fragiles, se trouvent aujourd’hui contraints brutalement par ces nouvelles mesures. Le chantage économique envers les travailleurs qui exercent déjà dans des conditions difficiles et qui attendent toujours des revalorisations à la hauteur de leur mission, n’est pas acceptable. Ce changement dans la doctrine gouvernementale ne fait que renforcer la défiance en direction des pouvoirs publics, rendant inaudible tout discours officiel. C’est par l’information, la pédagogie et la démonstration que l’adhésion s’acquière.

Au moment où l’hôpital est désossé par un ultra libéralisme plus mortifère pour l’homme et la planète que le COVID 19, où la santé n’est pensée qu’en terme de rentabilité, il nous paraît nécessaire d’obtenir lits, moyens matériels et personnels supplémentaires pour l’hôpital, au lieu de culpabiliser les professionnels pour masquer les insuffisances de la puissance publique.

Au moment où nous assistons à une reprise épidémique et que le vaccin est l’une des solutions possibles pour freiner les conséquences de celle-ci en espérant une immunité collective, force est de constater que notre population affiche un taux de couverture vaccinale très faible, en raison de son inquiétude. A contrario, nos voisins caribéens qui comptabilisent beaucoup moins de décès que la Guadeloupe et la Martinique, n’hésitent pas à se faire vacciner. Par conséquence, l’ANG estime que le maintien des gestes barrières, l’entrée contrôlée sur notre territoire avec des mesures de septaine obligatoire pour tous les arrivants sont autant de mesures à prendre pour nous protéger.

Au moment où le pass sanitaire, tel qu’il est présenté, obligera les restaurateurs, les caissiers, les commerçants à contrôler leur clientèle sous peine de lourdes sanctions, l’ANG s’oppose à ce qui nous conduira à une société de flicage et de suspicion.

L’ANG appelle également les Guadeloupéens à faire le nécessaire pour s’occuper de leur santé tant en termes d’alimentation, d’hygiène de vie et d’activité physique et de limiter les risques d’exposition au virus. L’ANG soutient fermement les personnels de santé, de l’éducation et toutes les professions stigmatisées. L’ANG appelle au respect du libre choix de soin, au principe de non discrimination et à une véritable démarche concertée avec les professionnels concernés.

"